L'Algérie expliquée à mes enfants.

C'est à vous mes enfants qui n'avez pas connu ce paradis
Qu'aujourd'hui je m'adresse et à tous je vous dis
Beaucoup trop de gens sur ce sujet vous ont menti
Alors laissez moi vous expliquez ce qu'était l'Algérie.

Vos aïeux venaient de France, d'Espagne ou d'ailleurs
Tous de pauvres gens ni plus mauvais ni meilleurs
Durs au travail et c'est vrai exubérants et ripailleurs
Mais c'était toujours et avant tout des gens de coeur.

Puisqu'on leur fit croire que ce pays était le leur
Pendant un siècle ils mirent cette terre en valeur
Ni l'insalubrité ni le travail ne leur faisaient peur
Ils étaient certains d'avoir trouvé le bonheur.

En vérité il y avait bien un Blachette et un Borgeaud
D'autres de cette terre ne possédaient qu'un morceau
La majorité, elle, n'avait que ses bras pour tout joyau
Mais jamais aucun d'eux ne fit payer un verre d'eau.

Quand la guerre fut déclarée et la Patrie en danger
Antoine, Jean, Ali, qu'il soit français ou étranger
Tous furent volontaires et prêts à se faire tuer
Les cimetières et les monuments peuvent en témoigner.

Français, Espagnols, Maltais, Portugais ou Italiens
Notre communauté s'appelait déjà les Européens
Par nos origines nous étions tous des chrétiens
C'est tout ce qui nous séparait de nos amis algériens.

Nous pensions avoir été compris un jour du mois de mai
Dans l'euphorie nous n'avons pas saisi le faux du vrai
Il nous a fallu laisser notre maison à défaut de palais
Et quitter ce pays et cette terre dans le plus bref délai.

C'est alors que l'exode nous a fait changer de rivages
Connaître d'autres cieux et d'autres visages
Mais nous garderons toujours en mémoire nos paysages
Rien ne remplacera nos villes et nos villages.

Et puisque Pieds-noirs on a voulu nous appeler
Ce nom il nous a fallu d'abord le valoriser
Et nous battre parfois pour le respecter
A vous, mes enfants, il vous reste à le faire aimer.

Maintenant me voilà au crépuscule de ma vie
Avant de vous quitter, mes enfants, je vous le confie
Défendez l'oeuvre de vos Aïeux de toute votre énergie
Pour que soit connue, enfin, la vérité sur l'Algérie.

J.C OBER