Martial Ayela, Guitariste

   Né à Alger sous le signe des "Poisson", études scolaires à l'Institution Saint-Charles à Alger. Il commence à chanter très jeune et fait ses études musicales aux Beaux-Arts d'Alger. Il n'a que seize ans lorsqu'il est engagé au "Coq d'Or" à Oran, grande brasserie-music-hall, puis à Casablanca comme chanteur à la guitare.
Son succès est grandissant. Il prend alors des cours d'orchestration à Alger. Il fait ses débuts de musicien comme guitariste dans le grand orchestre d'André Faruggia à l'hôtel Aletti.
Puis, vient la guerre, il est appelé au 7ème R.C.A. où, comme beaucoup de Pieds-Noirs, après la campagne d'Italie, il débarque en France pour sa libération, puis l'Allemagne ; enfin il revient au pays avec la Croix de guerre et une citation.
Il décide alors de monter une formation en orchestre de neuf musiciens et, après une audition, est engagé comme Chef d'Orchestre des variétés à Radio-France. Il anime les émissions radiophoniques et publiques dont le "petit Music-Hall du Dimanche" accompagnant toutes les vedettes métropolitaines en tournées en Afrique du Nord. Il anime pendant plusieurs saisons les soirées à la célèbre brasserie "le Tantonville" à Alger avec le grand musicien international Georges Barboteu, son fidèle ami.
Enfin il assure toujours avec son grand orchestre toutes les grandes fêtes de l'oranie, Arzew, Lourmel... ainsi que dans l'Algérois et le Constantinois.
Il fait la rencontre au casino du Mont-D'OR, de Mick Michel, auteur-compositeur interprète, qui l'engage par la suite à l'accompagner à Paris où il restera quelques mois avant de revenir à Alger.
Il compose beaucoup de musiques de chansons, musiques de film en Algérie parmi : "le Match de Catch", "le menuisier"... Son rêve est d'écrire une musique de ballet pour la maîtresse et Professeur de danse à l'Opéra : Madame Mona Gaillard. Il travaille à cette idée et son rêve se réalise. Son ballet terminé, il est créé à l'Opéra d'Alger sur une argumentation de Mona Gaillard :"Aux chausson d'Or" qui obtient un très vif succès.
Il est décoré de la médaille de bronze d'Arts, Sciences et Lettres en 1957.
Quelque temps après son arrivée en France, il est engagé successivement à Toulouse dans un dancing : "la Plantation", au casino de Port-La-Nouvelle, avec une petite formation de rapatriés : Michel Gésina, Jo Romis et Georges Mamo ainsi qu'au Casino de Saint-Honoré-Les-Bains.
A Paris, après une audition, le célèbre accordéoniste Aimable l'engage dans son orchestre. Après c'est la rencontre avec Enrico Macias qu'il avait vu débuter à la TV à Alger. Il est aussitôt engagé comme chef d'orchestre et ce, pendant treize ans.
Il assure l'accompagnement des artistes d'Enrico Macias dans les tournées en France et au podium d'Europe, Francis Linel, Maria de Rossi, André aubert, Suzanne Gabriello, Jacqueline Danno, Les frères Ennemis... il a accompagné également Annie Cordy, Pierre Péchin, Sophie Darel, Georgette Lemaire, Michel Sardou, Patrick Sébastien, Stéphane Grapelli. Il compose en collaboration avec Enrico Macias des grands succès tels que : "les Millionnaires du Dimanche", "La Romance", "Oumparéré", "Non, je n'ai pas oublié" ainsi qu'un prélude pour la guitare et la "suite espagnole".
Chef d'orchestre et arrangeur des émissions de Maritie et Gilbert Carpentier pour Sheila, Ringo, Mireille Mathieu, Claude François, Sacha Distel et d'autres émissions avec Guy Lux, Michel Drucker et Guy Béart.
Enfin, il enregistre comme arrangeur une chanson sur une musique de François Valéry "Zoubida" qui sera un succès pour Charlotte Julian.
Plusieurs fois chef d'orchestre à l'Olympia pour Enrico Macias avec ses amis Robert Castel et la regrettée Lucette Sahuquet.
Il parcourera le monde entier : Belgique, Suisse, Hollande, Espagne, Turquie, Roumanie, Israel, Japon, Autriche, U.S.A, U.R.S.S., Afrique Noire, Venezuela, Angleterre, Allemagne, Martinique, La Réunion, Iran, Italie, Haïti... Enfin après treize années, il quitte Enrico Macias et doit remonter une formation pour accompagner pendant deux ans Daniel Guichard.
Il est admis comme membre définitif à la S.A.C.E.M. depuis 1970.
Las de toutes ces années de tournées et de galas, il quitte Paris et s'installe à Nimes comme professeur.