L'ANISETTE GRAS, Fleuron de là-bas

Anisette GrasC'est en 1872 à Alger, que les Frères Gras décidèrent de fabriquer et de vendre l'anisette que l'on élaborait depuis des générations dans leur famille.
Originaires d'Espagne où leurs parents commercialisaient les épices, les Frères Gras élaborent cet apéritif à base d'essence de badiane.
Très vite l'Anisette GRAS connut la faveur des consommateurs à Oran, à Alger, puis bientôt des deux côtés de la Méditerranée. Faisant partie dès le début du siècle du folklore et de la joie de vivre des Français d'Algérie, l'Anisette GRAS conquiert le "tout-Paris", Toulouse Lautrec fait même pour elle des infidélités à sa légendaire absinthe.
En 1938, la possibilité de porter la teneur en alcool à 45° garantit une meilleure stabilisation de l'essence d'anis.
Mais la bouteille carrée de l'Anisette GRAS, son étiquette blanche et bleue constellée de médailles dorées qu'elle a glané au cours des expositions, a traversé les années inchangées et est connue de tous.
En 1950, M. PASCAL GRAS a créé une agence à la Halle aux Vins, et en 1962, à la suite des événements d'Algérie, la Société mère d'Alger a absorbé sa filiale de métropole et transféré ses installations à Arcueil.

Goût et Parfum
L'ANISETTE GRAS est un apéritif à base d'alcool titrant 45°. Sa préparation à partir d'anis, et d'anis seulement, lui donne son goût subtil et son parfum, si apprécié des amateurs.
L'anis étoilé est le fruit de la badiane, ou "illicium anistum", plante à fleurs très aromatiques qui provient de Chine et du Nord-Vietnam.
Les semences doivent être récoltées à complète maturité, lorsque la plante commence à se dessécher légèrement.
Après séchage, on frappe les semences avec une baguette pour détacher les graines. Les graines sont distillées et donnent l'essence d'anis.
Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire, les vertus médicales de l'anis ont été connues et reconnues. C'est ainsi qu'en Assyrie et en Babylonie, les tablettes à signes cunéiformes de Gilgamesh préconisent une recette à l'anis, potion souveraine contre la peste. Selon Pline l'Ancien, "l'anis fait dormir et garde jeunesse au visage". Enfin les Chinois et les Hindous l'estimaient propre à neutraliser les morsures de serpents.
On pense que peu à peu, les vertus gustatives de l'anis valant largement ses vertus médicinales, la gastronomie s'est jointe à la médecine et a fait le succès de la liqueur d'anis.