La Clémentine.
ClémentineLes clémentines sont nées à Misserghin (Oranie), grâce à un passionné de semis de pépins, le père CLEMENT RODIER (1839 - 1904), membre de la congrégation missionnaire du Saint-esprit.
     Seule la tradition orale véhicule cette thèse historique confirmée dans maintes études agronomiques par le Docteur Louis TRABUT, Professeur à l'école de Médecine d'Alger, directeur du Service Botanique du Gouvernement Général d'Algérie, Président de la Société d'Horticulture d'Alger, une éminence "verte" de l'agronomie au début du 20è siècle.
     Misserghin est un village de colonisation de 1500 habitants, situé près d'un ancien village arabe désigné sous le nom de "village vieux" sur les cartes. Il se trouve à 21 km au sud-ouest d'Oran sur la rive nord du grand Lac salé appelé le Sebka d'Oran. Ce fut d'abord un camp, au début de la colonisation de l'Algérie avec quelques casernes et écuries qui seront utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la région fut pacifiée ces bâtiments et mille hectares de terrain furent remis aux missionnaires du Saint-Esprit pour créer un orphelinat, sous la direction du Père ABRAHAM. Ce dernier fit défricher les terres pour planter une orangeraie.
     Le Père CLEMENT RODIER qui vécut dans cette communauté de 1939 à 1904 était curieux et instruit de botanique. Il fit des essais de fécondation artificielle et des semis de pépins dans le verger de l'orphelinat. Le Père Supérieur ABRAHAM ne saura jamais donner les origines botaniques du fruit qui résulta de ces expériences ; mais le Docteur Louis Trabut, un des promoteurs du clémentinier dans les plantations d'Algérie, le considère comme un hybride accidentel de mandarinier et de bigaradier à feuilles de saules ou granito. Dès 1926 dans une brochure d'agronomie, il déclare "avoir attiré l'attention, dès 1902, sur une nouvelle mandarine dans un semis important de mandariniers à l'orphelinat agricole de Misserghin, dénommée mandarinette, et sur une autre sorte de fruit local que les agriculteurs du voisinage surnommaient "la mandarine du Père CLEMENT". Pour connaître exactement l'hérédité des parents supposés du nouvel agrume, il eut fallu analyser les plants d'origine : lorsque les botanistes prirent conscience de l'intérêt économique de la clémentine, juste avant la seconde guerre mondiale, le carré des premiers clémentiniers avait été arraché. On suppose que le Père CLEMENT aurait donc obtenu sa première récolte vers 1900.
     Deux décennies après sa mort, survenue en 1904, la société d'Horticulture d'Algérie baptisera en son honneur ce fruit miraculeux de la Mitidja "Clémentine".