Algérie, terre promise - Un pionnier d'Hussein-Dey dans la photo -

René Prouho

Dans son très beau livre « l'Algérie des premiers photographes », Mohamed Sadek Messikh décrit l'histoire de la photographie depuis ses débuts.

Il s'agit de l'œuvre d'un daguerréotypiste inconnu qui, au début des années 1840, immortalisa pour la première fois, sur une plaque de cuivre, une vue d'Algérie : « La moquée de la pêcherie à Alger ». Depuis ce jour, un nombre sans cesse croissant de photographes prendront le chemin de l'Algérie, sans doute séduits par le pays. C'est ainsi que pendant la période qui va de 1850 à 1880, et qui correspond à l'âge d'or de la photographie en Algérie, des milliers de clichés vont être prix sur tout le territoire et qui aujourd'hui encore font le bonheur des Internautes.

Ces images, tous genres confondus, vont donner une vision nouvelle du pays et de ses habitants, à travers le regard de photographes « occidentaux ».
Les premières images de l'Orient émanent d'abord de la littérature avec un mouvement qui portera le nom d'orientalisme à travers plusieurs écrivains que sont : Chateaubriand, Lamartine, Flaubert, Théophile Gauthier, Eugène Fromentin, Pierre Loti et bien d'autres.
Alger, elle aussi, accueille, dès 1840 les premiers daguerréotypistes. Elle livre peu à peu les secrets de la Casbah, jusque là fermée aux étrangers.
La technique évoluant, certains photographes professionnels ouvriront des studios, dont le plus connu de l'époque fut Jean Geiser au 7 rue Bab Azoun au cœur d'Alger et qui créera une incomparable collection de cartes postales.

Parmi ces premiers photographes professionnelles reconnus, René PROUHO, né en 1879 s'installe en 1911 à Hussein-Dey en rachetant le fond de commerce Leroux. René Prouho réalisera des photographies d'une rare intensité, il réalisera à travers tout le pays de nombreuses cartes postales qui seront ensuite imprimées à Macon par Jean Combier, imprimeur.
En 1930, il quitte Hussein-Dey, effondré après la mort de son fils, victime d'une méningite et vend son fond photographique à Combier qui l'exploitera (avec les photos signées Prouho) jusqu'en 1962.

Références : « l'Algérie des premiers photographes » de Mohamed Sadek Messikh édition Rais